Pages

Un ailleurs



(pensées non mises en ordre





Saisir les émotions avant qu’elles ne se meurent. Ce matin mon café était étonnement sucré. Lorsque j’en ai commandé un deuxième, j’ai compris que quelque chose allait autrement. Je suis dans le tube-fer. Par chance les passagers qui m’entourent ne se posent pas la question du contenu de mon sac, a fortiori ils ne me demandent pas de l’ouvrir non plus. Mon sac est aussi bleu qu’il sonne sali. Il est composé d’un couteau, du savon, quelques vêtements chauds et des poèmes et lettres que quelques admirateurs ou amis m’ont adressés. Avant de partir j’ai embrassé Léandre pour la première fois et il m’a proposé de lire le neuvième chapitre du petit Prince. 

« La fleur toussa mais ce n’était pas à cause de son rhume. (…) Mais oui je t’aime, lui dit la fleur. Tu n’en as rien su par ma faute . Cela n’a aucune importance, mais tu as été aussi sot que moi. Tâche d’être heureux. (…) ne traine pas comme ça, c’esy agaçant, tu as décidé de partir, va t’en. Car elle ne voulait pas qu’il la vit pleurer, c’était une fleur tellement orgueuilleuse » 

Antoine de St Exupéry, Le Petit Prince

J’ai respecté danc les moindres mots du Saint, les consignes pour s’offrir au voyage, je n’ai cependant pas rangé ma chambre. C’est ce que j’ai constaté en y remettant les pieds, la pièce était reniflante de sale. Deux billets pour la ville de Charme : « l’essentiel est que vous soyez rentrée chez vous ce soir. » souffle le contrôleur sans grade. L’attente grise du train, elle est sucrée, la blonde que je n’aurais pas du rencontre a les mains âpres, si presque-ocres qu’on a l’impression qu’elle est née avec ces deux armes inoffensives et que saisissant sa vie, elle la rend morne et trop maigre depuis le berceau. Les rencontres qu’il aurait fallu éviter, j’ai écris. C’était la Gare Montparnasse, moi j’allais à Charme car c’était peu cher. 

Le paysage roucoule à la fenêtre du train et la famille Rêve ne va pas tarder à passer à table. J’éspère que la nuit sonnera juste et que je pourrais écrire à Léandre dans la buée d’un café matinal. Ecris-moi beaucoup, m’a t’il dit avant que je m’échappe.  Un joli jeune homme au corps non fin vient d’entrer dans le train, il a tout de même une de ces candeurs qui vous oblige à lui parler. J’adule les rencontres. 

Que l’inquiétude jamais n’affaisse vos sourires. (j’ai pensé, je ne sais pourquoi je me cite, sans doute parce que je me sens subjuguée d’une émotion nouvelle.) 

Un charmeur nous a mené aux lits collectifs sur son moyen vélo provincial Sa petitesse l’avait fait admettre il y a quinze ans, deux australiennes sans le sou au sein de son domicile..Après avoir posé snos bagages à l’auberge nous avons été au café. Un serveur clandestin nous a offert des chips sur lesquelles Mathilde a goulument versé de la cannelle. 

1911A, n’oubliez pas ces mots. Si vous passez par Charme, ils pourraient vous servir. Les rêves n’ont jamais le gout d’un vin épicé et trop chaud. 
Rejoindre André et Artha sur la table du devant. L’un travaille chez les autistes, l’autre boit du coca.  Est ce que l’on aime toujours mieux que tout écrire pour des inconnus? 

Je me suis fait la reflexion que les auberges de Jeuesse étaient sans doute le pire endroit pour faire l’amour. Envie d’apporter une baignoire rouge de chaux, décor absurde, d’avoir froid avec Léandre, sous un clair de Lune béant. 
« Ce que j’aime ici c’est qu’il n’y a pas de miroir » m’a sussuré Mathilde. 

Le matin de septembre qui suit, nous avons rencontre un certain Sam, et nous nous sommes pavanés dans le bien-pensant et l’artistique de la cathédrale de Charme. Il était gentil et j’ai eu une folle envie d’allumer une cigarette dans le lieu saint. Le gout du blasphème a quelque chose de délicieusemet sincère. Je lécherais le sol pour ne pas mourir souffrante d’un trop-de-dignité.  Sam a sorti vingt euros de son porte monnaie, sans doute pour signifier le bon gout de notre compagnie. Le gout du citron dans ma gorge morte du vert. Ils fuments verts; les insignifiants. Nous partirons de Charme à seize heures un sixième. Il n’y a pas de sensation fausse (écrivait Cioran.) 

Et toutes les fois qu’il me semble que quelque chose est encore possible j’ai l’impression d’avoir été ensorcelée. 

« Qu’avez vous mais qu’aavez vous donc? -Je n’ai rien, je n’ai rien, j’ai seulement fait un bond hors de mon sort et je ne sais plus maintenant vers quoi me tourner, vers quoi courir » (De l’inconvénient d’être né) 

J’aime bien les garçons joliments vêtus, cheveux presque-gras, ample veste, tons beiges. Ils sont minces, parfois dessinent et n’ont pas la bêtise de se soucier de leurs petites amies. 

Mots d’un habitant de la ville des Amants: Vos admirables cheveux vénitiens doivent rendre les hommes fous. J’ai appelé ma fille Myriam, cela signifie ‘être aimée’, j’ai un long nez, Jésus était juif, vous qui allez étudier la philosophie, je vous invite à faire le procés et un mémoire à propos du Général de Gaule. 
Je dois avouer que cet égyptien qui ne parvenait pas à marier son fils mesurant au moins 1m83 m’a touchée. Le sucre que je viens d’avaler un gout de savon, c’est un peu mauvais, un peu comme les règles. 

J’essaie de ne pas machouiller ma nostalgie. « Est ce que c’est avez ton nez que tu fais de la mécanique? » demande la serveuse, avec son air de femme active à un ouvrir franc. 

L’acteur d’Esprits criminels, rouquin et séduisant à mourir. Le voir les yeux bandés m’a permis de me l’approprier. 

La méfiance lumineuse de la douce Julianne me donne envie de revenir à Paris. Je n’aime pas les femmes au rire sale, souvent, il est à l’image de leur visage, de leur âme même. 

Quatre personnages sous une rame de train. La pièce, timbre collé sur la couverture, jaillera bientôt. J’aime l’argent et Nazir qui a le gout du travail, jamais ne se fera emmerder. Il a su me peindre de sa gentillesse. 

Circuit, sans nom, trente nuits, solaire-money, décadence rouge. Suis-je la seule à me sentir si propre dans les lieux-berceaux de la liberté ? 

Pardon pour mes envols. Je ne vous hais plus.


4 commentaires:

  1. Très touché par ce texte car réel et écrit avec une certaine sensibilité.

    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  2. tu as un véritable talent de poete . Le paysage qui roucoule...Les lieux berceaux de la liberté c'est ton écriture. Continue...c'est essentiel et très beau Michael Levinas

    RépondreSupprimer