Pages

Si creux sans vie





Les yeux couleur cylindre, 
J’observe doucereuse, le café du matin.
Ceux qui le boivent sont creux
Un creux ne ment jamais, 
Il est si creux sans vie. 

Les bons ne dorment que la nuit. 
Ocre-ton des légumes cuits.
Manteau d’hiver, glaçons d’été. 

Je ne demande, 
Qu’un corps noir à la chevelure dépeinte. 

Lyre sans prise, de la poésie
Séduction assistée,

Voilà ma cure d’enfant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire